Exemples d’écocides

Pour qualifier des écocides, ce sera à la cour de statuer, elle le fera, en fonction des dommages environnementaux constatés. Pour le faire, différents critères pourront être pris en compte: les étendues spatiales et temporelles des destructions causées ainsi que la perte (totale ou partielle) des écosystèmes.

The Gardian, a aussi, de son côté, identifié 10 lieux suspectés d’écocide (lien) et EJOLT a créé une base de données mondiale des conflits environnementaux et des lieux de résistance - dont certains peuvent être considérés comme des écocides – (press SHIFT and drag the mouse to zoom into an area):

Ci dessous est énuméré un certain nombre d’exemples pouvant être désignés comme écocides.

Hydroelectric power plant Schwarze Sulm (en cours de traduction)

The « Schwarze Sulm » is a river in southwestern Styria. It rises from the « Koralpe »(an alpine mountainrange) and is considered one of the waters most worthy of preservation, especially from its source to Schwanberg. As early as 1998 , the then Federal Ministers Bartenstein and Molterer, together with the WWF, had this section of the « Sulm » included in the « Book of rivers « , which contained Austria’s most important waters particularly worthy of protection. As part of the designation of Natura 2000 sites this area was declared a protected European area in 2004. However, at that time private project operators had already held talks and had submitted the construction of a hydroelectric power plant and a water power station on the main feeder to the « Sulm », the « Seebach ». The Nature Conservation Legal authorization was granted by the State of Styria in 2006 , the Water Act approval followed in 2007. An application for a forestry permit for the clearing necessary during the construction of the power plant was submitted in spring 2013 , but pulled back after an objection to the notification.

In the course of the Water Act proceedings there had been objections, which were rejected by the Administrative Court on 16 March 2012 , due to formal (not content-related!) reasons. The Ministry of Environment , which had consistently spoken out against the construction of the hydroelectric plant , entered the debate and prompted the provincial Styrian Governor to re-examine the water rights decision.

On 14th May, 2013 , the construction work was started. Local opponents have requested support from the Greens Styria, who have been speaking out against the power plant from the beginning. As a result an important collaborative network has emerged, including concerned citizens, many NGOs (working group for the protection of the Kor , WWF, Conservation Federation , Umweltdachverband , River Watch, Global 2000 , Greenpeace, virus , etc.), a group of environmental activists and many publicly well-known people, among them Freda Meissner-Blau , Herbert Brandl, Bernd Lötsch, and many more .. all united by the vision of protecting the « Sulm » from its obstruction.

On 14th August, 2013 the Styrian officials conducted a water rights negotiation, based on water abstractions from the source area (water supply region of Deutschlandsberg), in which they came to the conclusion that the « Schwarze Sulm », due to a small power plant that is already in route but no longer in operation, no longer has the highest water quality, and once more the power plant construction was granted continuation. These « impairments » were, however, already known as part of the initial proceedings and then irrelevant to the Authority. Moreover, the Ministry of Environment holds a different opinion on the assessment of the water quality than the province of Styria and therefore the Federal Minister has lodged an official complaint against the decision of the province of Styria .

Parallel to the proceedings in Austria the European Union devotes special attention to the project and has initiated an infringement procedure due to breach of the Water Framework Directive, the result is still open. If there shall be a conviction , Austria faces fines in the millions, which would have to be borne by the Austrian taxpayers .

In addition, the Environmental umbrella association (Umweltdachverband) has denounced the provincial Styrian governor Voves and responsible officials due to abuse of office.

Since August 2013, works on the construction site have been decommissioned , however, the power plant operators have lodged civil complaints against four environmental activists and against Sabine Jungwirth, Member of Parliament from the Greens ( value in dispute € 100 000 – . ).

« back

Ecocide in Greece – Gold Mining project in the northern region (en cours de traduction)

©Παρατηρητήριο Μεταλλευτικών Δραστηριοτήτων

In 2011, a Canadian company called Eldorado Gold decided to invest in northern Greece region. Its subsidiary Hellenic Gold received Greek government approval to mine in the northern peninsula. One of the first projects of the company is located in Skouries and will need 3,000 hectares of pristine forest to be cut to build the mine – says a member of the Coordinating Committee of Associations of Stageira-Akanthos Against Gold Mining (CCASAAGM). As in the Rosia Montana case (Romania) cyanide will be use to extract gold and local activists fear that the mining operation will drain and contaminate local water reserves and fill the air with dangerous substances such as lead, cadmium, mercury and arsenic. Many manifestations against the mining projects have been held in the country over the past 2 years. Riots in the region have been, sometimes, so violent that Amnesty International has reported possible human rights violations in 2013. The company announced it would push back the start of the project from 2015 from 2016-17 but denied giving up the mine. The Canadian company has 4 others projects in Europe: Stratoni, Perama Hill and Olympias in Greece and Certej in Romania. We need an ecocide law to prevent this kind of projects from happening.

Visit CCASAAGM website here

Sign the Avaaz petition here

« back

Ecocide in Romania – Rosia Montana (en cours de traduction)

Since 2002, the habitants of Rosia Montana (Transylvania, Romania) are fighting against the implementation of a gold mining project: the largest open cast cyanide use gold mine in Europe.

This project belongs to a Canadian company called Gabriel Resources. If implemented, it could leads to huge environmental, social and cultural disasters. For each year of activity, 12 000 tons of cyanide would be use for metal extraction, a giant lake filled with water contaminated with poisonous cyanide would be built instead of a village, landscape will be devastated and Roman remains destroyed. More than 900 families living in Rosia Montana already have been asked to leave their homes.

The Romanian government, which claimed to be against the project during the election, have voted a law project in favour of the gold mining company, the final decision have been taken by the Parliament, which have chosen to reject the law in December 2013. A law of ecocide would have prevented years of confrontation and would insure that this project (or some others) will not be implemented later on.

To read more about the case: http://www.rosiamontana.org/en/

Explanatory video: here

« back

Ecocide en Finland- La Mine de Talvivaara

La mine de Talvivaara basée à Sotkamo s’est vue accorder une licence pour extraire du nickel en 2006. Le groupe local activiste « Stop Talvivaara » dénonce que depuis 2008, l’entreprise a également commencer à extraire de l’uranium sans permis officiel. En dépit du fait que cela représente une violation de la législation environnementale, cela a également conduit à un énorme désastre environnemental en 2012. En effet, plusieurs fuites dans le bassin des eaux usées de l’usine ont été observées en 2008, en 2010 et en 2012. Des taux élevés de nickel et d’uranium ont été détectés dans les lacs des alentours après la dernière fuite en date. Il ne s’agit malheureusement que d’un cas d’écocide ayant lieu en Europe parmi d’autres. Une loi contre l’écocide pourrait protéger cette région finlandaise et beaucoup d’autres en Europe.http://www.stoptalvivaara.org/fi/en_adressi.html

« back

La fracturation hydraulique

(c) EcoFlight, Bruce Gordon

La fracturation hydraulique ou hydro facturation est une technique utilisée pour extraire des hydrocarbures comme les pétroles et gaz naturels présents directement au sein même d’une roche, dans des schistes, de nature argileuse. Afin de libérer ces ressources fossiles, un liquide sous pression est injecté dans ces mêmes roches en provoquant une fissuration massive de ces dernières ce qui permet de récupérer les pétrole(s) et gaz naturels s’y trouvant, souvent à de grandes profondeurs (entre 1,5 et 6 kms).

Cependant, un tel processus n’est pas sans importantes conséquences environnementales : pollution des nappes phréatiques, de l’air environnant les forages, fuites de gaz, contamination des sols par les substances chimiques additionnées aux eaux sous pression. Au-delà de l’aspect purement écologique, cette technique peut aussi constituer une menace pour la santé publique.

De plus, les scientifiques s’accordent à dire que les émissions en CO2 dégagées lors de la combustion de ces gaz de schistes sont beaucoup plus élevées que celles émises par des gaz naturels classiques. Ceci s’explique du fait d’éventuelles fuites de méthane rendues possibles lors de ces extractions. Le méthane est un gaz à effet de serre bien plus important que le dioxyde de carbone. On peut aussi ajouter, qu’il ne faut pas oublier le coût hydraulique d’un tel procédé, surtout lorsque l’on connaît l’importance de cette ressource actuellement dans le Monde.

La fracturation hydraulique intéresse, en Europe, un certain nombre de pays membres de l’Union, comme la Bulgarie, le Danemark, l’Allemagne ou encore la Pologne, où des scientifiques y espèrent une extraction importante de gaz par cette méthode. La France, quant à elle, a interdit, sur son territoire, l’utilisation de la fracturation hydraulique.

« back

Disparition de colonies d’abeilles

Depuis 2008, il est de notoriété publique que la Clothianidine, pesticide utilisé pour protéger les semences des insectes nuisibles, en s’attaquant directement à leur système nerveux, est aussi néfaste pour les abeilles en contact avec l’insecticide. Pour preuve, en juillet 2008, plus de 11500 colonies d’abeilles ont été touchées par cette molécule entraînant la mort de millions d’entre elles dans le sud ouest de l’Allemagne. Peu après, l’agence allemande de sécurité alimentaire (BVL) en a suspendu la permission d’épandage dans le pays.

L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a publié, en janvier 2013, un avis sévère sur ce pesticide en y mettant en avant le risque de pollution élevée concernant le miel produit par les abeilles touchées. Pour autant, l’utilisation de la Clothiandine n’a toujours pas été interdite au sein de l’Union Européenne.

« back

Les effets des pesticides sur les oiseaux

© Karelj

Les oiseaux migrateurs joue un rôle important dans la gestion et le maintien de la biodiversité. Les insectivores participent à la lutte contre certains parasites et insectes ravageurs. Les rapaces, en prélevant de petits rongeurs, participent à la régulation des espèces. Les charognards empêchent le développement de maladies en nettoyant les carcasses d’animaux avant qu’elles ne se décomposent. Enfin, certains oiseaux, en transportant graines et glands, aident les végétaux à se disperser.Pourtant l’action de l’homme (destruction d’écosystèmes, chasse, empoisonnement aux pesticides, etc.) entraine aujourd’hui le déclin de milliers d’espèces oiseaux. Selon UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) 13% d’entre elles serait menacées d’extinction à l’heure actuelle. D’après l’ouvrage « Les oiseaux d’Europe » de BirdLife International, sur le continent européen 226 sont espèces menacées soit 43 % de l’avifaune.

En Europe, l’empoisonnement des oiseaux par le biais de pesticides est un véritable fléau qui décime les populations depuis des décennies. En effet, les premiers produits phytosanitaires de synthèse apparaissent dans les années 1940 et deviennent alors une référence dans la lutte contre les nuisibles tout en permettant une hausse des rendements agricoles. Ce n’est que plus tard que les effets de ces pesticides, et notamment du DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane) seront découverts.

Les effets du DDT, devenu l’insecticide le plus utilisé après la seconde guerre mondiale, sur les oiseaux, ont notamment étaient exposés grâce au livre « Silent spring » de la biologiste américaine Rachel Carlson publié en 1962. Cette dernière accuse le DDT d’être cancérigène et de reprotoxique, c’est à dire, nuisible à la reproduction des oiseaux en amincissant la coquille de leurs oeufs. Ce pesticide a été interdit en 1972 et ajouté à la liste des polluants organiques persistants (POP) de l’ONU.

Nevertheless, the use of pesticides continued. Producers were very creative in developing ever new products with severe side effects on biodiversity. Today, the most commonly used pesticides are neonicotinoids which damage our ecosystems by contaminating insects, plants, grounds and rivers.

En Europe, un quart des oiseaux nichent sur les terres agricoles et un nombre bien plus important y recherche sa nourriture. C’est pourquoi l’exposition aux pesticides agricole y est donc potentiellement considérable pour l’avifaune (l’exposition aux pesticides passant essentiellement par l’alimentation). Entre 1980 et 1990, partout en Europe, on observe une diminution moyenne de 30 à 40 % des populations d’oiseaux des zones agricoles. Preuve, s’il en faut, que d’autres pesticides menace ces espèces aujourd’hui.

Les néo-nicotinoïdes, pesticides les plus utilisés aujourd’hui viennent d’être étudiés dans un rapport de l’American Bird Conservancy de mars 2013. Ce dernier déclare ces pesticides mortels pour les oiseaux, au même titre que pour les abeilles. En Europe, un vote vient d’être adopté et interdira, à partir de décembre 2013, l’usage certains de ces néo-nicotinoïdes (clothianidine, thiaméthoxame et imidaclopride) pendant les deux prochaines années. Rien n’est donc joué et les leaders de l’agrofourniture n’ont pas l’intention de se laisser faire.

Syngenta (entreprise suisse) et Bayer (entreprise allemande) producteurs de néo-nicotinoïdes, demande à ce que l’Union Européenne retire sa proposition de restreindre leur usage en accusant le rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur les risques de l’usage des néo-nicotinoïdes d’être fondamentalement incorrect.

« back

Les centrales nucléaires

427 réacteurs nucléaires sont en fonctionnement effectif dans 31 pays. Même en fonctionnement normal, la filière nucléaire affecte les humains et les écosystèmes. L’extraction minière de l’uranium génère d’énormes pollutions. Elle contamine des milliers de travailleurs et de riverains – souvent des autochtones discriminés et défavorisés – au Niger, en Inde, en Australie, au Canada, etc. Les faibles doses de radioactivité que les centrales nucléaires rejettent en permanence sont fortement suspectées d’augmenter le nombre de cancers de l’enfant jusqu’à 5 km alentour [2].

Quant aux accidents graves…

Le 26 avril 1986, le réacteur n° 4 de la centrale de Tchernobyl explose. Les rejets radioactifs contaminent principalement la Biélorussie, l’Ukraine et la Russie, mais également treize pays européens dont la France et, au-delà, l’hémisphère Nord.

En 2010, l’Académie des sciences de New York publie le bilan que d’éminents scientifiques russe et biélorusses ont consacré aux conséquences sanitaires de Tchernobyl [4]. Conclusion : 984 000 morts entre 1986 et 2004. La santé de millions d’autres personnes, absorbant de faibles doses de radioactivité dans l’eau et la nourriture contaminées, est affectée : la thyroïde, le système cardiovasculaire, les reins, le foie, le système immunitaire, hormonal et de reproduction sont touchés.

Il est bien trop tôt pour pouvoir dresser un bilan de la catastrophe de Fukushima, qui a débuté le 11 mars 2011. Il y a malheureusement tout lieu de craindre une gravité comparable ou supérieure à celle de Tchernobyl. En 2 ans, environ 350 000 personnes ont quitté leur domicile, mais le gouvernement cherche à faire revenir les évacués dans les zones contaminées. Les réacteurs accidentés continuent de relâcher de la radioactivité à hautes doses dans l’environnement. Premier ministre du Japon en 2011, Naoto Kan déclare aujourd’hui : « la meilleure sécurité dans le nucléaire, c’est de ne pas avoir de centrales nucléaires du tout. »

Des centaines d’entreprises européennes sont impliquées dans le secteur nucléaire, et parmi elles quelques acteurs mondiaux comme Areva, EDF ou GDF-Suez.

« back

Le thon rouge d’Atlantique

L’engouement pour la cuisine japonaise et les sushis, depuis les années 70, ont fait du thon rouge l’une des espèces les plus menacées de la planète. On estime que leur population actuelle ne représente plus que 36% de ce qu’elle était dans les années 70, quand la pêche industrielle a commencé à lui porter un coup sévère.

Le thon, atteignant la maturité plus tard que les espèces à vie courte et son cycle de reproduction étant plus long il est difficile d’enrayer le déclin causé par la surpêche. D’autant que l’animal suscite bien des convoitises : ce poisson qui ne valait rien dans les années 50, à peine quelques 0,09 euros au kilo, est aujourd’hui une manne pour les pêcheurs. En janvier 2013, à Tokyo, un spécimen de 222 kg a atteint le prix record de 1,31 millions d’euros, soit près de 6 000 euro le kg !

Principalement pêché en Méditerranée par 7 pays européens (Espagne, France, Italie, Portugal, Malte, Grèce et Chypre), le thon rouge de l’Atlantique est un grand migrateur, ce qui complique encore l’application de règlements pour sa protection. Les méthodes de pêche industrielle, de plus en plus sophistiquées (utilisation d’avion, de radar et de GPS pour repérer les bancs), ne lui laissent aucune chance et ne donnent pas dans le détail. Encerclés par les filets (avec toutes les autres espèces de passage à proximité), capturés vivants, les thons sont généralement transférés dans des cages (voir photo) avant d’être remorqués vers des fermes espagnoles, maltaises, tunisiennes ou grecques, où ils sont engraissés pendant quelques mois, avant d’être envoyés vers le japon (90% de la demande). Cerise sur le gâteau, ce système a des retombées dévastatrices sur l’environnement : les poisson sauvages venant volontiers se nourrir des restes de farine animale et d’antibiotiques dont sont gavés les poissons d’élevage.

« On estime que 80 % des ressources de thon rouge du Nord (Thunnus thynnus, aussi appelé thon rouge de l’Atlantique ou de Méditerranée) a disparu des années 1950 à 2010 », et que, « au rythme des régression des années 2000, le thon à l’état sauvage serait amené à disparaître aux alentours de 2050 »

« back

Centrales électriques fonctionnant au charbon

Les émissions polluantes des centrales électriques fonctionnant au charbon causent près de 20 000 décès chaque année dans l’UE, selon un rapport publié, jeudi 7 mars 2013, par l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL). Un constat d’autant plus alarmant que « l’utilisation du charbon est en augmentation », selon Genon Jensen, directrice de l’organisation.

« Une cinquantaine de nouvelles centrales électriques fonctionnant au charbon est en projet » dans l’UE, dénonce HEAL. Une de ces nouvelles unités est prévue sur le site de la centrale électrique de Rybnik, en Pologne, gérée par l’électricien français EDF, et considérée comme l’une des 20 plus dangereuses pour la santé dans l’UE.

La combustion du charbon représente déjà 44 % des émissions mondiales de carbone produites par le secteur de la production d’énergie. L’utilisation du charbon a augmenté de 4 % en 2011 en Europe. L’Allemagne, le Royaume-Uni et la France figurent parmi les dix premiers importateurs.

« back

The Ajka alumina sludge spill, 2010, Hungary (en cours de traduction)

On the 4th of October 2010, the north-western corner of the dam of the Ajka Alumina plant collapsed. Between 700 000 cubic meters and 1 million cubic meters of highly caustic red mud are released and spread on 40km2 around the alumina plant. The red mud is composed by chromium, arsenic, sodium hydroxide and mercury, among other things.

During the mudslide, at least 8 people died and an hundred were injured in the process (mainly burns). The red mud infected agriculture lands and rivers on the surrounding area. Among the rivers touched were the river Raab, an affluent of the Danube (2nd longest river of Central Europe) and therefore causing a possible alteration of its ecosystem [2][3]. There are also potential health effects of red mud dust due to the emission of respirable alkaline particles into the air (in case of unfavorable meteorological conditions).

The Alumina plant belongs to The Magyar Aluminium Zrt Group, an Hungarian company created in 1995. The company have been sued, found guilty of toxic leaks and condemned to pay 472 millions of euros. Unable to pay the fine, the company files for bankruptcy. The European legislation does not recognize red mud as toxic waste, unless it is proved its contain high concentration of irritating substance, such as sodium hydroxide, which was the case in the Ajka plant.

Finally, the red mud issue is not isolated to Hungary, 70 billions of red mud are produced in the world each year in countries such as France, India and Vietnam.

  1. http://www.theguardian.com/world/2010/oct/05/hungary-sludge-disaster-state-of-emergency

  2. http://www.lemonde.fr/europe/portfolio/2010/10/07/l-ecosysteme-du-danube-menace-en-hongrie_1421617_3214.html

  3. http://www.larecherche.fr/savoirs/environnement/quel-avenir-apres-boues-rouges-01-12-2011-88803

  4. http://files.barcarenaviva.webnode.com.br/200000196-5e3245f2c5/The%20Red%20Mud%20Accident%20in%20Ajka%20(Hungary)%20Characterization%20and.pdf

  5. http://www.courrierinternational.com/article/2011/10/13/en-hongrie-un-an-apres-l-apocalypse-rouge

  6. http://www.monde-diplomatique.fr/2011/04/SIMON/20400

  7. http://www.robindesbois.org/communiques/dechet/om/2011/boues-rouges-mal-mondial.html

« back

Desastre del Prestige (en cours de traduction)

Tuvo lugar en 2002 cuando un buque petrolero, cargado con 77.000 toneladas de petróleo, se hundió a unos 250 km de la Costa de la Muerte. Este incidente causó una de las mayores catástrofes medioambientales de la navegación, tanto por los contaminantes liberados como por la extensión del área afectada. Sin embargo, a pesar de la gravedad del incidente, este suceso estuvo lleno de censura y falto de responsables.

http://prestige.blogalia.com/

« back

Doñana (en cours de traduction)

El Parque Nacional de Doñana está en Andalucía y cuenta con 104970 ha. En 1998 una balsa de residuos contaminantes procedentes de la empresa Boliden se rompió liberándose cinco millones de metros cúbicos de líquido tóxico y ácido. Tras varios años y mucho dinero la zona quedó relativamente “limpia” pero la empresa se negó a pagar la multa. Al año siguiente cientos de toneladas de fuel acabaron en las playas y costas de Doñana debido a una fisura en una tubería en una refinería. Además la empresa Gas Natural ha sido autorizada para almacenar gas en el subsuelo de este parque. Dicho gas podría filtrarse a los acuíferos con el consiguiente perjuicio para la fauna, flora y la población de la zona.

http://www.wwf.es/que_hacemos/donana/salva_donana/

« back

Incendios forestales (en cours de traduction)

Los incendios forestales del verano de 2012 arrasaron más de 100.000 hectáreas y provocaron importantes daños ecológicos en numerosos espacios naturales. Lo más triste de todo es que estos incendios se deben mayormente a descuidos o negligencias del hombre.

http://www.wwf.es/que_hacemos/bosques/problemas/incendios_forestales/mapa_de_gif_2012/

« back

Les sables bitumineux de l’Alberta

Il s’agit du projet le plus polluant existant actuellement, le premier sur la liste des écocides. Sur un territoire de la taille de l’Angleterre, précédemment recouvert de vastes étendues de forêts boréales et de tourbières, des hydrocarbures lourds (bitumes) sont excavés de manières agressives, dans des mines à ciel ouvert.

Pour plus d’informations : http://archives.radio-canada.ca/economie_affaires/energie/clips/2061/)

Les compagnies européennes BP et Shell sont parties prenantes dans ce projet, soutenues financièrement par des banques européennes comme Barclays, BNP Paribas, Crédit Agricole, ING, Rabobank, RBS, et bien d’autres encore.

« back

Pollution dans le delta du Niger

Le delta du Niger, formé par le fleuve Niger au niveau de son embouchure dans l’océan Atlantique, est situé au Nigéria.

30 millions d’habitants vivent dans le delta du Niger. Quadrillée d’oléoducs et de puits appartenant à des industries comme Chevron, Exxon Mobil ou Total, cette région est constamment polluée par des fuites de pétrole.

L’exploitation pétrolière y a commencé il y a 50 ans et Shell est aujourd’hui le principal opérateur au Nigéria. D’après la firme, des malfaiteurs sont responsables de la majorité des fuites (vols, sabotages et activités terroristes). Mais d’après Amnesty International, l’entretien médiocre des infrastructures pétrolières et défaillance des équipements ont leur part de responsabilité.

Il s’agit d’une catastrophe écologique grave, mais également d’un drame que subissent chaque jour les habitants du delta.

Ils ne peuvent plus vivre de la terre, car celle-ci est trop polluée. Les pêcheurs doivent maintenant parcourir des dizaines de kilomètres pour trouver du poisson.

La justice néerlandaise a condamné le 30 janvier 2013 la filiale Shell Nigéria à payer des dédommagements à l’une des victimes ayant porté plainte devant le tribunal de La Haye pour ces fuites de pétrole. Si le tribunal a considéré que ces fuites étaient dues aux sabotages liés aux vols de pétrole, il a néanmoins statué qu’il incombait à Shell Nigéria d’intervenir pour empêcher l’altération de ses oléoducs.

En revanche, le tribunal a rejeté les autres plaintes des quatre fermiers et pêcheurs nigérians qui accusaient Shell la maison-mère d’avoir pollué leurs villages (notamment Goi et Oruma) dans le delta, assurant que le groupe n’avait pas l’obligation d’empêcher ses filiales « de faire du tort à des tiers ». La compagnie pétrolière n’a donc pas été jugée responsable en tant que société-mère d’un défaut d’entretien des installations.

« back

Huile de palme, Indonésie

© Wakx

Le palmier à huile est la plante oléagineuse avec le rendement d’huile par hectare le plus élevé connu aujourd’hui. Par exemple, entre 2001 et 2006, le rendement mondial moyen cumulé de l’huile de palme et de l’huile de palmiste était de 4,2 tonnes par hectare et par an contre 0,4 tonnes pour l’huile de soja et 0,6 tonnes pour l’huile de colza (1).La logique voudrait qu’il s’agisse donc de la plante oléagineuse qui nécessite le moins d’hectare pour sa culture, mais la productivité en a décidé autrement…

Aujourd’hui on trouve de l’huile de palme dans un produit manufacturé sur dix (margarine, nourriture industrielle, sucreries, détergents, rouge à lèvres, etc.) (2). L’huile de palme est également utilisée comme agro-carburant, la demande mondiale ne représente pour l’instant qu’1% du total de la production (3) mais cela devrait très vite augmenter (4).

La principale menace que représente l’huile de palme concerne la déforestation et les pays les plus touchés par ce fléau sont l’Indonésie et la Malaisie. Leur production commune représente 83% de la production mondiale. D’après le PNUE, il s’agit de la principale cause de destruction des forêts tropicales (5). En Indonésie, 6 millions d’hectares sont aujourd’hui consacrés à la production d’huile de palme et 4 autres millions d’hectares devraient être dédiés uniquement à la production d’agro-carburants d’ici 2015 (6).

La transformation de ces forêts tropicales en palmeraies menace la vie de nombreuses espèces animales et végétales, parmi lesquelles on retrouve l’emblématique Orang-Outan, probablement nommé ainsi d’après « Orang Hutan » le mot indonésien signifiant « personne de la forêt » (7).

Cela peut également être source de conflits sociaux lorsque les droits et les moyens de subsistance d’une communauté se retrouvent bafoués par ces transformations (8).

Les palmeraies sont également une menace pour le climat avec 1,8 milliards de tonnes de gaz à effets de serre relâchés dans l’atmosphère chaque année lors des incendies de déforestation des tourbières indonésiennes (9), sans oublier que cela affecte également la qualité de l’air des pays voisins (10).

Pour une tonne d’huile de palme produite, 2,5 tonnes d’effluents sont générées par traitement de l’huile dans les usines. Si ces effluents sont relâchés dans les rivières, cela peut entrainer une pollution de l’eau douce, ce qui affecte directement les hommes et l’environnement (11).

Les plantations d’huile de palme ne sont, toutefois, pas connues pour l’utilisation excessive de pesticides, pour la bonne raison qu’il existe des solutions biologiques pour les différents parasites de ces palmiers (12). Cela étant, les nutriments standards, tels que le nitrogène, le phosphore et le potassium sont tout de même injectés dans les palmiers (13) causant une perturbation des écosystèmes ainsi qu’une pollution des nappes phréatiques, des rivières, des lacs, ce qui engendre, à terme, une acidification de l’océan (14).

En Indonésie, le secteur de la monoculture d’huile de palme représente 3,7 millions de travailleurs directs (15).

En 2009, parmi les différents acteurs du secteur, voici le top 5 des entreprises productrices d’huile de palme : Wilmar (Singapore/US) (16); Sime Darby (Malaysia) (17); IOI Corps (Malaysia); Astra agro (Malaysia); KL Kepong (Malaysia) et le top 5 des entreprises acheteuse du produit : Unilever (Netherland); Nestlé (Switzerland); Procter&Gamble (US); Cargill (US) and Kraft foods (US) (18).

Les palmeraies sont également un problème en Afrique (19).

« back

Belo Monte

Le barrage hydroélectrique de Belo Monte en construction en Amazonie brésilienne sera le 3ème plus grand barrage au monde. Belo Monte va inonder 668 km2 dont 400 km2 de forêt primaire en territoires autochtones. 20 000 personnes vont être déplacées et au moins 24 peuples vont subir un changement de mode de vie lié à la raréfaction de leurs ressources vivrières.

On estime que durant les dix premières années de Belo Monte, 112 millions de tonnes métriques de dioxyde de carbone seront émis par la construction. Ce dioxyde de carbone sera converti en méthane par la forêt en décomposition dans les réservoirs, le méthane étant un gaz à effet de serre 23 fois plus dangereux que le CO2. Les études montrent que la quantité d’émission de carbone par ce barrage au Brésil est égale à celle émise par une exploitation pétrolière.

L’approvisionnement en eau du peuple Juruna va être coupé. Des espèces piscicoles présentes seulement en Amazonie seront sérieusement menacées par le barrage. La végétation sera réduite dans le secteur et la qualité de l’eau changera. Les populations autochtones devraient donc particulièrement souffrir d’un manque de ressources vivrières.

Le savoir botanique des peuples de la forêt est extrêmement développé sur la plupart des espèces végétales que recèle leur territoire. Ces savoirs utiles à l’humanité toute entière sont aujourd’hui menacés.

Sa construction a fait l’objet de nombreuses plaintes à l’échelle nationale et internationale, et a été condamnée à maintes reprises.

En effet, aucune consultation digne de ce nom, ni aucun consentement ne fut obtenu de la part des populations autochtones concernées par le barrage, aucune mesure préventive ne fut prise en faveur d’une douzaine de tribus dont certaines vivent en autarcie dans le bassin du fleuve Xingu et les études d’impacts environnementaux ont été bâclées.

L’électricité produite par le barrage devrait être employée à 30% pour développer, extraire et raffiner les dépôts de minerai du Brésil, engendrant à sa suite d’autres conséquences environnementales liées à l’exploitation des mines, en particulier dans la Grande Boucle (Volta Grande), un tronçon du fleuve de plus de 100 km qui va pratiquement être asséché par le détournement des eaux du Xingu.

Il est choquant de constater que des entreprises françaises, allemandes, autrichiennes et hollandaises comme GDF Suez, EDF, Alstom, Voith-Siemens, Andritz et Arcadis sont  impliquées dans de nombreux projets de barrages du bassin amazonien.


« back

Les retombées de Fukushima

Deux ans et demi après le tsunami, les conséquences de la catastrophe nucléaire de Fukushima pèsent toujours sur les hommes et l’environnement.

Depuis le 11 mars 2011, la centrale nucléaire n’a jamais cessé de fuir, répandant des tonnes d’eau contaminées dans le Pacifique. Le 7 août 2013, le gouvernement japonais a confirmé que 300 tonnes environ se déversaient quotidiennement dans l’océan, menaçant gravement la chaîne alimentaire et les écosystèmes marins. 40% des poissons pêchés autour de Fukushima sont déjà impropres à la consommation, quarante espèces des grands fonds sont touchées. En janvier 2012, ce sont des phoques irradiés qui ont été découverts en Alaska

Il semble pourtant que ces fuites auraient pu être limitées ou évitées mais que Tepco, l’opérateur du site de Fukushima, aurait volontairement négligé la gestion des eaux contaminées dès le mois de mai 2011, pour des raisons financières et boursières…

« back

La Grande Barrière de Corail en danger

La Grande Barrière de Corail est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1981. Il s’agit du plus grand récif de coraux au monde, abritant 400 espèces de coraux, 1 500 espèces de poisons et 4 000 espèces de mollusques. La région dont la Grande Barrière de Corail fait partie, le Queensland, est l’une des plus dynamiques d’Australie en matière d’industries charbonnière et gazière. Malheureusement, le développement de ces industries est extrêmement nocif pour la Grande Barrière de Corail. Sans compter que la combustion de charbon représente l’énergie fossile qui contribue le plus au changement climatique le développement des industries de gaz et de charbon conduit au développement de ports et d’infrastructures contribuant à la dégradation de l’écosystème de la Grande Barrière de Corail.

La grande majorité de ces combustibles fossiles étant destinés à l’export, cela augmente le trafic marin autour du récif. La construction de ces infrastructures met également en danger les plages du récif, qui constituent le terrain de nidification des tortues et des oiseaux marins, et celui des mangroves, habitat naturel de la vie marine, des oiseaux et des animaux évoluant entre terre et mer.

Selon un rapport du Gouvernement australien, les activités minières pourraient également être partiellement responsables de la dégradation de la qualité de l’eau. Enfin, le développement des exportations de charbon a déjà dragué 52 581 000 m3 de la Grande Barrière de Corail entre 2007 et 2011 et le gouvernement australien ne semble pas décidé à s’arrêter puisqu’il vient de convenir du développement du site de l’Abbot Point sans en informer les Nations Unies. Le comité du patrimoine mondial de l’UNESCO menace de lister la Grande Barrière de Corail comme un écosystème menacé à moins que le pays ne se décide enfin à protéger le récif.

Parmi les banques européennes impliquées dans des projets d’exploitation de gaz ou de charbon de la Grande Barrière de Corail, on trouve notamment BNP Paribas, Crédit Agricole, Natixis, Royal Bank of Scotland, Société générale, Commerzbank, HSBC and ING group [8][9]

« back

Mines à déplacement de sommet ou étêtages miniers (‘des montagnes qui perdent leur tête’)

Ce type d’exploitations minières à ciel ouvert induit un aplanissement du sommet d’une colline afin d’y extraire le charbon en y dévoilant une veine. Ce processus impacte aussi directement sur le paysage puisque sont déplacés des tonnes de roches, ré-empilées non loin de la mine, de façon à retrouver un semblant de colline. Toute la matière qui ne peut être directement réutilisée telle quelle (débris divers, terre, faune et flore) est déplacée dans les vallées et autres ruisseaux environnants avec des risques de pollutions importants du fait, entre autres, d’un usage massif d’explosifs. On retrouve ce type de mines dans les Appalaches, aux Etats-Unis, où cette technique constitue le principal mode d’exploitation utilisé. Dans l’ouest de la Virginie, aux Etats-Unis, la compagnie luxembourgeoise Arcelor Mittal est impliquée dans ce processus.

 

Centrales électriques fonctionnant au charbon

Les émissions polluantes des centrales électriques fonctionnant au charbon causent près de 20 000 décès chaque année dans l’UE, selon un rapport publié, jeudi 7 mars 2013, par l’Alliance pour la santé et l’environnement(HEAL). Un constat d’autant plus alarmant que « l’utilisation du charbon est en augmentation », selonGenon Jensen, directrice de l’organisation.

« Une cinquantaine de nouvelles centrales électriques fonctionnant au charbon est en projet » dans l’UE, dénonce HEAL. Une de ces nouvelles unités est prévue sur le site de la centrale électrique de Rybnik, en Pologne, gérée par l’électricien français EDF, et considérée comme l’une des 20 plus dangereuses pour la santé dans l’UE.

La combustion du charbon représente déjà 44 % des émissions mondiales de carbone produites par le secteur de la production d’énergie.

L’utilisation du charbon a augmenté de 4 % en 2011 en Europe. L’Allemagne, le Royaume-Uni et la France figurent parmi les dix premiers importateurs.

« back

Minas a cielo abierto

Laciana es una comarca leonesa enclavada en la Sierra de los Ancares. Se trata de una zona de gran biodiversidad que cuenta con numerosas figuras de protección. A pesar de ello, se ha comprobado la existencia de numerosas minas a cielo abierto con sus consiguientes impactos ambientales como: destrucción de la cubierta vegetal, pérdida de ecosistemas, modificación de los cauces fluviales y el desplazamiento de la fauna como por la contaminación hídrica.

http://www.pensandoelterritorio.com/minas-a-cielo-abierto-el-desastre-disfrazado-de-oportunidad/

« back

Disparition de la Mer D’Aral, Asie centrale

La Mer Aral se situe en Asie Centrale entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. En 1960, sa surface représentait 68000 km² ce qui en faisait la 4ème plus grande mer intérieure du monde. Aujourd’hui elle a perdu plus de la moitié de sa surface et les trois quarts de son volume.

La Mer Aral était à l’origine alimentée par deux grands fleuves de la région : le Syr Daria et l’Amou Daria. Ces derniers ont été en partie détournés pour irriguer de vastes étendues de champs de coton ce qui a conduit à l’asséchement de la mer. En effet, à partir des années 60, l’URSS décide d’intensifier la culture du coton faisant ainsi passer la surface des terres irriguées de 4,5 millions d’hectares à quasiment 7 millions d’hectares en 1980.

La disparition planifiée de cette mer intérieure a eu des conséquences désastreuses sur un plan écologique, économique, social et sanitaire :

L’assèchement de la mer Aral a transformé la région en un vaste désert. La mer, mais aussi les lacs et les marais des deltas des deux fleuves ont aussi disparu laissant place à des déserts de sable. Dès lors, le climat de la région s’est modifié ; les températures moyennes qui oscillaient entre 25° en hiver à plus de 35° en été, varient maintenant entre -50° à plus 50°. La faune et la flore ont donc complètement disparu du fait de ces changements climatiques, de la désertification et la salinisation des sols. La pêche et l’agriculture de la région sont sinistrées ce qui conduit à un chômage important. Enfin, on constate des problème sociaux (difficulté d’accès à l’eau) et sanitaires : problèmes de santé liés au manque d’eau mais aussi du à la pollution des sols (sur-utilisation des engrais) et à leur salinisation (le taux de sel des sols a augmenté du fait d’un double effet : la disparition de la mer et l’irrigation des sols par une eau salée).

Les dirigeants URSS et l’actuelle Russie ont évidemment une lourde responsabilité dans le drame de la mer Aral et les conséquences actuelles puisqu’ils ont planifié cette agriculture intensive en détruisant délibérément l’écosystème de cette région. Ces pratiques ont été largement dénoncées dès l’indépendance des républiques d’Asie centrales par les nouveaux dirigeants qui promirent une attention plus accrue envers l’environnement. Ainsi, de 1990 à 1995, de nombreuses initiatives de coopérations régionales ont vu le jour ce qui s’est traduit par la signature de plusieurs accords. Toutefois, on constate aujourd’hui que, dans les faits, la situation a peu évoluée. Les intérêts économiques ont finalement pris le dessus et le Kazakhstan comme l’Ouzbékistan poursuivent la culture du coton de peur de dégrader la situation économique et sociale de leur pays.

« back

Ecocide in India – Bhopal 1984

©Luca Frediani

The Bhopal disaster refers to a gas leak incident that occurred in India in 1984, in the region of Madhya Pradesh, 600km southern New Delhi. It resulted directly from the over exploitation of the UCIL plants (built in 1969 and 1978), a subsidiary of Union Carbide Corporation, among the biggest American chemical companies. The factory produced Temik and Sevin, two products of MIC considered extremely toxic, and that should be maintain under 0°C for safety reason (above 0°C, the liquid turning into a heavy gas). After a couple a years of underproduction due to bad economic conditions, the plants are run by a reduced team, in unsafe conditions. During this night of 1984, a succession of incidents led to the excessive pressure of a tank containing MIC, not spotted on time by operators, used to malfunctions of measure instruments and safety systems. A runaway reaction started, resulting in a very high temperature inside the tank 610. The overpressure broke the concrete roof, allowing about 40 metric tons of toxic gas to escape, leading to the so-called Bhopal disaster. Right after the disaster, UCC tried to charge the Indian subsidiary UCIL for the responsibility of the accident. After several years of struggle with public authorities and the civil society, UCC came to an agreement with the Indian government in 1989, implying 470 M USD (from 370USD to 533 USD per victim). In 1994, UCC sold UCIL, which after few transactions was taken over by the Madhya Pradesh regional government. In total denial, local authorities have been announcing that the site was not contaminated anymore, and in 2009, they even suggested to open the area for tourism. Almost 30 years after the disaster, the site remains non-decontaminated. The toxic wastes, from 4000 to 12000 tons, still stored on the site are polluting ground water and therefore, potentially poisoning people and ecosystems. In 2012, a project of decontamination run by the GIZ aborted because of ecologist association’s pressures (from Greenpeace notably) the project implying to move 347 tons of wastes to Europe, a highly risky convoy. This dramatic situation could stay for ages, as there is no decontamination center in India able to treat properly these wastes. Dow Chemical, a leader American company that brought out UCC in 2001 would be legally now the last resort moral person to pursuit. A petition supported by Greenpeace has been launched recently in order to force Dow Chemical to assume its responsibility, and raise awareness on the still critical situation of the ecosystem in Bhopal (http://bhopal.net).

« back

L’Agent Orange, 1961-1971, Vietnam

« L’agent Orange » est le nom de code donné à une combinaison de pesticides : L’herbicide Orange (HO) and l’Agent LNX. Cet herbicide et ce défoliant ont été utilisés par l’armée Américaine dans le cadre de leur programme de guerre chimique appelé « Opération Ranch Hand ». Entre 1961 et 1971, le gouvernement américain et la République du Vietnam (Vietnam du Sud) ont utilisés les « herbicides arc-en-ciel » (Les agents orange, rose, vert, violet, blanc et bleu) pour défolier forêts et mangroves dans le but de libérer de la place pour des installations militaires et de détruire les récoltes pour affamer l’ennemi (Le Vietnam du Nord et le Front de Libération National). Le plus connu de ces herbicides est l’Agent Orange, il a été utilisé entre 1965 et 1970 et des scientifiques estiment qu’environ 45 677 937 litres en ont été répandu pendant cette période. Au total, les « herbicides arc-en-ciel » représentent à peu près 72 millions de litres, ce qui signifie que l’Agent Orange en représente environ 60%.

Entre 100 000 et 2 millions d’hectares de terrains et de forêts ont été détruites par le biais de cet épandage chimique de guerre et le Cambodge et le Laos se trouvant près du Vietnam, ils n’ont pas été épargnés.

7 entreprises ont produit l’Agent Orange pendant la guerre, parmi elles, les multinationales Monsanto et Dow Chemicals. En juillet dernier, la cours suprême Nord-Coréenne à conclut que la corrélation entre l’herbicide et les maladies de peau développées par les anciens militaires était bien réelle. Elle a donc condamnée les deux entreprises à payer 315 000 euros afin de les indemniser.

Monsanto et Dow Chemicals ont réfuté la décision et il y a très peu de chance qu’ils soient obligés de payer des dommages et intérêts.

Durant son premier procès en 1970, l’entreprise Monsanto a falsifié des études « prouvant » l’absence de lien entre l’exposition à l’Agent Orange et le développement de cancers parmi les vétérans. Un rapport de Greenpeace datant de 1990 démontre comment ces études ont été truquées.

Même s’il n’existe pas d’acteurs européens directement impliqué, l’Agent Orange est un parfait d’exemple de la manière dont un écocide peut dévaster un pays pendant des décennies sans que personne n’en soit tenu pour responsable.

« back

Leave a Comment