L’ « écocide » : vers la reconnaissance des crimes environnementaux

Le 11 avril 2013 à 6:00 par ·

BONNE NOUVELLE – La Question Environnement sur EUROPE 1 à écouter.   ©projetmesotaRetranscription sur NeoPlanete

On a contracté les termes écologie et génocide pour définir un nouveau type de crime : le crime contre l’environnement. Il ne suffit plus de dire « c’est mal », certains actes doivent désormais être considérés, aux yeux du droit international et du droit interne aux Etats, comme des crimes contre la planète.

Le terme d’écocide est utilisé pour désigner les cas les plus graves d’atteintes à l’environnement c’est-à-dire « la destruction d’un écosystème sur un territoire donné, par la faute de l’homme ou par d’autres causes, à tel point que la jouissance pacifique de ce territoire par ses habitants a été sévèrement diminuée ».

http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/La-question-environnement/Sons/L-ecocide-1478349/

Campagne de mobilisation collective

Ce concept, qui existe déjà depuis les années 1970, est aujourd’hui l’objet d’une grande mobilisation européenne. Le mouvement a été lancé par Polly Higgins, avocate britannique, bien décidée à obtenir une reconnaissance juridique internationale des écocides face à leur multiplication fulgurante ces 50 dernières années.

La campagne qu’elle a créée : « This is ecocide » a identifié les 10 cas d’écocides les plus graves au XXe siècle avec notamment l’extraction des sables bitumineux en Alberta, la pollution de plastique dans l’océan pacifique « The island of garbage », la marée noire provoquée par BP dans le golfe du Mexique en 2010 ou encore la destruction de la forêt amazonienne.

©commons.wikimedia

Comment faire pour accélérer la reconnaissance de l’écocide sur le plan international ?©enattendant2012.blog

Plutôt que de faire appel à des lobbys écologistes, pas toujours pris au sérieux ou de distribuer des tracts, les militants européens ont créé une pétition électronique officielle. Hébergée sur un serveur dédié de la Commission Européenne qui demande à vérifier que les signataires sont bien des citoyens européens, des personnes réelles;  demande un numéro d’identité via un passeport ou une carte d’identité, la pétition (www.endecocide.eu) doit rassembler entre le 21 janvier 2013 et le 21 janvier 2014  un million de signatures de soutien pour pouvoir être soumise comme requête au Parlement Européen.

Qu’est ce que ça va changer si le Parlement européen décide d’adopter le concept ?

D’abord, la question de la responsabilité pénale des entreprises transnationales envers la biodiversité va enfin être posée puis ensuite viendra celle des personnes morales. Sans tomber dans une psychose répressive, l’objectif c’est de montrer que même une personne seule peut faire des actes criminels envers l’environnement et que ça ne doit plus rester impuni. Les signataires de la pétition plébiscitent la CPI pour juger les écocides internationaux comme la surpêche ou la pêche pirate par exemple.

L’idée n’est pas de faire payer des sommes monétaires aux responsables, sur le principe du « pollueur-payeur », mais bien de rendre les pollueurs « propres ». Il faut en arriver à ce qu’aucune entreprise n’ait le droit de provoquer la destruction ou la perte d’un écosystème.

Cette chronique « Bonne Nouvelle» a été diffusée le jeudi 11 avril 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet.

Catégories : News

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.